5 conseils sur le coulage d’une dalle en béton

5 conseils sur le coulage d’une dalle en béton

La réussite de la pose d’une dalle en béton se repose sur le suivi scrupuleux des processus, et sur plusieurs astuces et techniques non négligeables.

Les grandes étapes successives de la mise en place d’une dalle en béton sont la préparation de la surface ou de l’emplacement, la réalisation du coffrage, l’installation de l’armature, la préparation du béton, son coulage, et la finition. Entre chacune de ces phases, certains détails doivent être considérés pour parfaire la pose de cette structure.

Conseils pratiques à savoir avant la pose d’une dalle en béton

Outre la méthode, les détails suivants doivent être pris en compte pour que la pose de la dalle se fasse dans de bonnes conditions :

  • par temps chaud et sec : arroser systématiquement la dalle en béton
  • en cas de température élevée : préférer au mieux l’utilisation d’un ciment faiblement exothermique
  • par temps froid (température inférieure à 5°C) : ne jamais couler le béton sur un sol gelé, le choix du ciment doit être adapté et le dosage élevé
  • le passage des gaines électriques
  • l’isolement des éléments de la plomberie
  • la protection des murs contre les éclaboussures
  • une pente légère pour une dalle à l’extérieur (favorisant l’écoulement d’eau)
  • le temps de séchage

La profondeur du décaissement et la hauteur du hérisson lors de la pose de la dalle en béton

Lors de la toute première étape, c’est-à-dire pendant la préparation de la surface, il faut veiller à ce que la profondeur du décaissement soit supérieure ou égale à 20 cm. Cet espace permet d’installer aisément le hérisson drainant qui doit faire 15 cm au minimum. Le hérisson drainant est formé par une couche de 10 cm de pierre recouverte de gros sable, et d’environ 3 cm de gravillon. Les 5 cm restants vont servir de dépassement car le niveau fini doit aller au-delà du niveau du sol.

Conseils afférents au coffrage prévu lors de la pose d’une dalle en béton

Il faut s’assurer que la planche utilisée pour le coffrage ait une épaisseur ne dépassant pas les 27 mm et qu’elle soit bien accolée à la paroi du décaissement, sans laisser d’espace libre. Si le coffrage est rectangle ou carré, l’utilisation d’une équerre ou le calcul des diagonales aide à vérifier si les angles sont bien droits.

C’est pendant le coffrage que la pente d’inclinaison de 1 à 2 cm doit être faite. Le côté vers lequel l’eau doit s’écouler doit être légèrement bas par rapport à son opposé. Il faut donc jouer sur la hauteur de la planche du coffrage car le niveau de la dalle à la finition doit coïncider avec son bord. La pente est formellement déconseillée pour une dalle installée à l’intérieur, ou dans un endroit couvert. Les joints de dilatation en bois peuvent être laissés sur place et noyés dedans.

Le volume d’eau une bonne dalle en béton

La quantité d’eau a une importance majeure car elle influe sur la texture et sur la solidité de la dalle. Elle doit être la plus exacte possible. En règle générale, le volume d’eau doit être la moitié de celui du ciment, c’est-à-dire que pour 2 seaux de ciment, il faut 1 seau d’eau. Toutefois, cette règle ne s’applique plus si le sable utilisé est déjà humide. Il faut juste utiliser 85 % de la quantité normale.

EPI : sécurité oblige, lors de la pose d’une dalle en béton

Le port des équipements de protection individuelle est impératif pendant les travaux sur les chantiers. Pour la pose d’une dalle, le risque d’écorchure, voire même de blessure, causée par le treillis n’est pas à écarter si la personne ne porte pas de gants, ni de vêtements adéquats. Aussi, le ciment peut être agressif pour la peau.

Bien que la pose d’une dalle en béton ne soit pas trop compliquée pour les bricoleurs, le travail d’un professionnel reste meilleur et impeccable, il est d’ailleurs possible de trouver un expert en la matière en consultant l’annuaire du site.

Pour en savoir plus :

Articles en relation